Passer sur l’autre rive…

  • avril 2016
  • Par Philippe Cieren , Rédacteur en chef
Dans le port de Marseille, passerelle qui franchit la darse  et relie le MUSEM au vieux fort Saint-Jean réhabilité ; oeuvre des architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta. © Ph. Cieren
Dans le port de Marseille, passerelle qui franchit la darse et relie le MUSEM au vieux fort Saint-Jean réhabilité ; oeuvre des architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta. © Ph. Cieren

Édito

On jette un pont, on coupe les ponts… La langue française est riche en expressions qui utilisent ce mot dont la portée signifiante ou symbolique est importante. Objet technique qui est aussi qualifié de l’appellation ambiguë d’ouvrage d’art, un pont peut être aussi oeuvre d’art et d’architecture. Parfois ouvrage édilitaire, jalon fondamental de l’aménagement du territoire, son objet est d’une grande simplicité puisqu’il s’agit, somme toute, de gagner du temps en franchissant un fossé afin d’éviter un détour. Rien n’a changé depuis les premiers gués.

Mais, le désir permanent de domination et de développement dont l’humanité a toujours fait preuve a donné aux ponts un rôle important puisque, dans la conquête de nouveaux territoires, puis pour s’y maintenir et mailler ceux-ci, ils sont essentiels. Pour satisfaire les besoins, les techniques de construction ont évolué sans cesse pour permettre la réalisation d’ouvrages de dimensions de plus en plus importantes pouvant porter des charges de plus en plus lourdes. Parfois, au-delà de la portée fonctionnelle du programme, l’expression ostentatoire d’un savoir-faire technique, des dispositifs annexes ou l’ornementation permettent de signaler la puissance du commanditaire.
L’omniprésence des ponts dans le paysage ne doit cependant pas faire oublier les dimensions symboliques de la frontière et du franchissement. Les très nombreuses mentions des ponts dans les textes religieux et mythologiques pour aller vers un monde différent sont là pour le rappeler.

Traverser un pont, c’est concrètement l’occasion d’aller sur l’autre rive, vers l’ailleurs et la découverte et de ce fait rompre avec ses bases ou avec le passé. C’est ce que nous avons fait avec la Pierre d’Angle puisqu’en lisant ces lignes, vous êtes avec nous, sur l’autre rive… Pour ce premier rendez-vous numérique, voulu comme galop d’essai puisqu’il s’agit du même dossier que celui du dernier numéro. Celui-ci a cependant été complété, augmenté et enrichi d’une nouvelle partie magazine. Dès le mois de juillet, comme prévu, le premier des deux dossiers annuels sera mis en ligne. Ce prochain numéro aura pour thème les ensembles bâtis ou paysagers formant des enclaves en milieu urbain…

Dans le même dossier